Home Home

FAQ

Généralités

Comment avoir une vue d'ensemble du développement durable en Suisse?

Le développement durable est mesuré en Suisse à l’aide d’un système de plus de 120 indicateurs. Ces derniers ont des unités de mesure différentes que l'on ne peut simplement additionner pour obtenir une vue d'ensemble. Il est pourtant souhaitable de pouvoir disposer d’un aperçu global pour appréhender rapidement les principales tendances et interactions. L'Office fédéral de la statistique a développé un nouvel instrument, inspiré du tableau de bord d’une voiture ou d'un avion, qui permet de savoir rapidement et facilement si la Suisse se trouve ou non sur le chemin du développement durable.

 

Tableau de bord / dashboard

Développement durable

Qu'est-ce que le développement durable?

La notion de développement durable a été formalisée en 1987 à Genève lors des travaux de la Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement. Ce concept recouvre de multiples facettes. Le sens que nous lui donnons est celui d’un modèle de développement qui permette de satisfaire les besoins des générations actuelles sans entraver la possibilité des générations futures à satisfaire les leurs (cette définition est celle de la Commission Brundtland, 1987, Genève).

Le développement durable se veut un processus de développement qui concilie l'écologique, l'économique et le social et instaure un cercle vertueux entre ces trois pôles. C'est un développement, respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, qui garantit l'efficacité économique sans perdre de vue les finalités sociales (la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, contre l'exclusion et la recherche de l'équité). Le développement durable n’est pas un état de fait, c’est une perspective et un projet en devenir (un processus). Cette notion se présente donc comme la recherche d’un équilibre entre les impératifs de l’économie, du social et de l’environnement." (Geduc)

www.geduc.org

Pourquoi le développement durable?

Aujourd'hui, nous sommes à peu près sept fois plus nombreux sur Terre qu'il y a deux siècles; de plus, les consommations individuelles augmentent, de même que les inégalités économiques et sociales entre les populations. Les problèmes environnementaux les plus graves sont principalement dus à la pauvreté qui sévit dans le Sud ainsi qu'aux pratiques de production et de consommation non durables adoptées dans le Nord. Ces évolutions pour le moins alarmantes amènent à repenser la question du développement et à concevoir de nouvelles voies de croissance qui, à long terme, assurent un progrès économique, social et environnemental: cette démarche s'appelle le développement durable.

Quels sont les objectifs du développement durable?

Trois dimensions doivent être prises en considération dans le cadre du développement durable :

  • l’efficacité économique (domaine économique)
  • l’équité entre les nations, les individus et les générations (domaine social)
  • l’intégrité écologique (domaine environnemental)

Le développement n’est possible que s’il est économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement acceptable. Le défi de la mise en œuvre du développement durable consiste donc à viser l’atteinte simultanée et équilibrée de ces trois objectifs essentiels.

Qu’en est-il du domaine économique?

Le développement durable cherche à accroître la croissance et l’efficacité économiques, dans le but de permettre la création de richesses pour tous à travers des pratiques de production et de consommation durables : utilisation réfléchie des ressources et des milieux naturels, évolution des relations économiques internationales, etc.

Qu’en est-il du domaine social?

Le développement durable vise à satisfaire les besoins des humains et à améliorer l’équité sociale : accès pour tous à l’éducation, à l’emploi, aux soins médicaux, à un logement de bonne qualité, respect des cultures, lutte contre la pauvreté et l’exclusion, respect des droits et libertés des personnes, participation (pour tous les membres de la société) aux processus de prises de décisions, etc.

Qu’en est-il du domaine environnemental?

Il s’agit d’intégrer, dans la totalité des actions des groupes humains, non seulement la préoccupation du maintien de la vitalité et de la diversité des espèces et de l’ensemble des écosystèmes naturels, mais également l’amélioration et la valorisation de l’environnement sur le long terme : protection de la qualité de l’environnement, gestion durable des ressources naturelles, réduction des risques et prévention des effets environnementaux, maintien des grands équilibres écologiques (diversité biologique, climat, forêts, océans), etc.

Quelles sont les conditions pour un développement durable?

L’écosystème de notre planète possède une capacité limitée d’absorber les déchets et de régénérer les ressources renouvelables. Les systèmes naturels se dégradent en raison d’une production et d’une consommation sans cesse croissantes ; afin d’atteindre un développement durable, certaines conditions peuvent être respectées :

  • la quantité de déchets et de pollution n’excède pas celle que peut absorber l’environnement,
  • le rythme d’utilisation des ressources naturelles renouvelables ne dépasse pas celui de leur régénération,
  • le rythme d’épuisement des ressources non renouvelables n’excède pas le rythme de développement de substituts renouvelables.

Nos sociétés actuelles ont des difficultés à respecter l’une ou l’autre de ces conditions, leur respect simultané posant encore plus de problèmes. Il s’agit donc d’apprendre à vivre en prenant en considération les limites du milieu en tant que fournisseur de matières premières et réceptacle des déchets.

Comment acquérir les bases d’un développement durable?

L’éducation, y compris l’enseignement de type scolaire, la formation et la sensibilisation du public, doit être considérée comme un processus permettant d’encourager un développement durable et d’améliorer la capacité de chacun de se charger des problèmes d’environnement et de développement. L’éducation, de type scolaire ou non, est nécessaire pour changer les attitudes afin que les populations aient la capacité d’évaluer les problèmes de développement durable et d’y prendre part.

Qui est concerné par le développement durable?

Chacun a un rôle à jouer : gouvernements, associations, institutions privées ou publiques, etc. La progression vers un développement durable prend forme tant sur le plan local que global, au niveau du village comme à celui de la planète. Elle ne peut aboutir que si le citoyen se sent pleinement responsable des améliorations à accomplir et y prend part aussi bien dans ses activités professionnelles que privées.

Agenda 21

Qu’est-ce que l’Agenda 21?

L’Agenda 21 est un texte adopté par 178 chefs de gouvernements et d’Etats, lors du Sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio de Janeiro en 1992. L’Agenda 21 définit, sous forme de programme d’actions en 40 chapitres, les lignes de progrès que l’humanité devrait adopter au 21ème siècle afin de garantir un développement durable. Les thèmes abordés dans l’Agenda 21 sont nombreux, en voici quelques exemples : pauvreté, changement climatique, désertification, déforestation, pollution des eaux, épuisement des sols, conditions de travail dans les pays en développement…

Qu’est-ce que l’Agenda 21 local?

Dans son chapitre 28, l’Agenda 21 met l’accent sur le rôle des collectivités locales pour mettre en oeuvre un programme global d’actions pour le 21ème siècle, l’Agenda 21 local. L’Agenda 21 local donne ainsi la possibilité à une communauté (ville, commune, quartier) d’aborder ses problèmes sous l’angle du développement durable et de les résoudre de manière coordonnée. L’habitant est au centre de la méthode de l’Agenda 21 local car il est non seulement le client mais également l’acteur de cette communauté.

Quels sont les objectifs de l’Agenda 21 local?

L’Agenda 21 local a pour but de mettre en place un plan d’actions et des mesures concrètes en lien, par exemple, avec les thèmes suivants :

  • promotion de la santé humaine et d’un environnement sain
  • amélioration de la qualité de vie et de l’habitat
  • justice et paix sociale
  • garantie de l’existence économique

 

Chaque ville, commune ou quartier, peut compléter cette liste par des sujets lui correspondant plus particulièrement et se rapportant spécifiquement à son territoire.

A qui est confiée l’élaboration de l’Agenda 21?

L’initiative de l’élaboration d’un Agenda 21 local repose sur les élus locaux, car elle se traduit par un engagement politique. Tous les acteurs du territoire sont concernés par la réalisation de l’Agenda 21 ; son succès est basé sur la concertation et la participation : souvent, l’Agenda 21 s'appuie sur un groupe de direction (organe d'orientation), un groupement de travail d’acteurs locaux et des débats publics. Des enquêtes auprès de la population, des différentes associations, des élèves des écoles, etc peuvent aussi permettre de recueillir leur représentation du territoire et leurs souhaits quant à son évolution.

Quelles sont les différentes phases d’un Agenda 21?

La démarche de construction d’un Agenda 21 local débute par un diagnostic global du territoire en vue du développement durable, puis par une définition de stratégie politique adaptée aux enjeux de la collectivité ; elle aboutit à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un programme d’actions. L’Agenda 21 local décrit les différents objectifs à court, moyen et long termes, les stratégies ainsi que les moyens d’actions présentés, les acteurs et les partenaires impliqués, et finalement les critères d’évaluation sélectionnés.

Pourquoi s’engager dans un Agenda 21?

La réalisation d’un Agenda 21 local forme une réponse globale et cohérente aux enjeux essentiels qui se posent à l’échelle du territoire, enjeux reconnus par l’ensemble des acteurs locaux. L’Agenda 21 local constitue une stratégie et des programmes d’actions permettant de redynamiser le territoire, de lui donner un deuxième souffle : il ne relève donc pas uniquement de l’évolution économique, mais il intègre également le développement social et la protection de l’environnement.

Quel est le « plus » apporté par l’Agenda 21 local au sein d’une communauté?

Excepté le fait de donner une image responsable des autorités vis-à-vis des citoyens, l’Agenda 21 local encourage une action directe sur le territoire ; il permet à la population de s’ouvrir davantage à la collectivité et aux autres acteurs du territoire. Cette démarche favorise ainsi le lien social et l’impression d’appartenance au territoire, amenant les citoyens à un comportement plus socialement et écologiquement responsable.

Quel processus de progrès observe-t-on avec l’Agenda 21?

L’Agenda 21 local apporte une large contribution au perfectionnement des services, de l’habitat, du cadre de vie, à l'amélioration des déplacements… En optimisant l’image du territoire aux yeux des individus et des différentes entreprises, il augmente sensiblement son attractivité. Il est ainsi porteur de développement local et potentiellement créateur d’emploi.

FDDM Pré d'Amédée 17 - 1950 Sion - Valais / Suisse Tel. +41.27.607.10.80 - fddm@fddm.vs.ch