Home Home

> Retour

3e rapport du Conseil d’Etat sur l’Agenda 21 cantonal

Votre texte de remplacement.

Ce rapport bisannuel du Conseil d’Etat fait le point sur le programme d’actions cantonal en matière de développement durable. Pour chacun des 16 engagements concernés, différentes actions emblématiques et perspectives de travail sont présentées. Afin de mesurer la tendance de chaque thématique, 2 à 3 indicateurs par engagement ont été sélectionnés.

Selon les 46 indicateurs produits pour évaluer la durabilité du canton, la bonne santé globale du marché de l’emploi et du tissu économique cantonal est à relever, notamment en matière d’innovation d’affaires. Les points faibles en matière économique concernent notamment le tourisme, en raison de la baisse du taux d’occupation des hôtels et de la faible part actuelle des lits commerciaux.

D’un point de vue environnemental, l’évolution des ressources vitales est plutôt réjouissante, à l’image de l’amélioration globale de la qualité de l’air ou du nombre de sites contaminés assainis sur l’ensemble du canton. Parallèlement, l’augmentation de la surface de réserves forestières sous contrat contribue à l’accroissement de la biodiversité en forêt.

Enfin, l’augmentation des bénéficiaires de l'aide sociale et des chômeurs de longue durée contraste avec le développement du nombre de projets et de bénéficiaires en matière d’intégration, favorisant ainsi la cohésion sociale du canton. A relever qu’en matière de santé publique la prévalence de l’obésité chez les adultes reste un problème important, tant pour les hommes que les femmes.


Exploitation agricole et préservation de la nature

En lien avec les engagements "Agriculture" et "Biodiversité et paysage", le 3e rapport du Conseil d’Etat sur l’Agenda 21 cantonal rappelle que les prairies et pâturages secs ainsi que les espèces typiques des champs de céréales (dites messicoles) restent menacées en Valais. Pour lutter contre cet appauvrissement de la biodiversité, le canton, avec le soutien de la Confédération, aide financièrement les agriculteurs qui exploitent de manière appropriée de telles surfaces (ex. fauche tardive, absence d’irrigation par aspersion, fumure adaptée).

Cette synergie entre exploitation agricole et préservation de la nature permet non seulement de soutenir économiquement des exploitants, mais aussi de préserver et de favoriser des espèces rares, parfois uniquement présentes en Valais. Au niveau suisse, le Valais a une responsabilité particulière en la matière du fait que 35 des 40 espèces messicoles recensées en Suisse sont présentes en Valais, dont 24 se trouvent uniquement dans le canton.

Comme le promeut l’Agenda 21 cantonal, ce type de démarche vise à conserver et valoriser les paysages traditionnels et naturels importants, à préserver les espèces rares, menacées ou emblématiques, de même qu’à soutenir une activité agricole traditionnelle sur les surfaces riches en espèces. Par le soutien à de telles actions, le canton du Valais est sur la voie d’un développement durable.

 

"Le rapport du Conseil d'Etat, qui offre aux services une vitrine et donne une visibilité à des actions souvent peu connues du grand public, témoigne également de l'efficacité de la Fondation et de ses collaborateurs qui ont su assurer un solide ancrage à l'Agenda 21 au sein de l'administration."

Olivier Guex, chef du Service des forêts, des cours d'eau et du paysage / Anc. président de la DOP A21-VS

FDDM Pré d'Amédée 17 - 1950 Sion - Valais / Suisse Tel. +41.27.607.10.80 - fddm@fddm.vs.ch